Jeu de massacre

 

d’après Le Misanthrope de Molière

 

 



Choisir ? Entre quoi et quoi ?
Mondanités et sincérité ? Complaisance et droiture ?
Alceste et Célimène s’affrontent depuis plus de trois cents ans, pris aux pièges de leurs propres caractères.
Mais leur duel amoureux est-il finalement autre chose qu’une éclatante mise en jeu des contradictions qui nous habitent ?

Les mots de Molière n’ont pas pris une ride, et nous interpellent : faut-il s’adapter et se trahir ? ou conserver son intégrité… et s’exclure ?

 

Nouvelle création 2020
avec Alexandre Metratone et Agnès Deschamps

Adaptation et mise en scène : Alexandre Metratone

 

Création lumières et régie générale : Bruno Bonnefon

 

Télécharger le dossier de présentation : cliquer ici

 

Molière, revenu à Paris depuis 1658, écrit Le Misanthrope en 1666. La pièce sera créée le 4 juin au théâtre du Palais-Royal.
Dès son retour à Paris, Molière s’est écarté presque définitivement des personnages plus ou moins stéréotypés de la comédie à l’italienne pour se consacrer à l’exploration de ses contemporains. Les Précieuses ridicules (1659) peut être considérée comme la première comédie satirique décrivant les mœurs du temps actuel, direct, d’une société.
Par la suite, Molière ne cessera de dénoncer les travers de son époque. Le Misanthrope, Tartuffe et Les Femmes savantes, entre autres, sont des pièces dont l’action se fonde presque exclusivement sur les caractéristiques psychologiques et sociales de leurs protagonistes.

 

Une adaptation centrée sur le duel, entre comédie et tragédie.

Si Alceste et Célimène endossent successivement, au fil du jeu périlleux de cette étrange tentative de conciliation qui sous-tend toute l’action, les rôles d’Oronte, de Philinte, de Clitandre, d’Arsinoé, c’est en réalité pour se défier plus profondément, se provoquer jusqu’aux limites mêmes de l’incompatibilité de leurs personnages, qui finalement triomphera d’eux à leurs dépens.
Cette pièce est certainement la plus autobiographique de Molière qui, souffrant de l’attitude d’Armande Béjart, se livre dans une œuvre habitée de conflits dont la violence, au-delà des éléments comiques, atteint au tragique.

 

« Si beaucoup en célèbrent la beauté, peu connaissent la modernité du Misanthrope de Molière. Qu’il s’agisse du prisme de la société actuelle, de ses affres politiques ou de celui des relations individuelles quotidiennes, la dénonciation du mensonge et des compromis n’a pas pris une ride au fil des ans.
« Sans prétendre un instant transformer la langue de Molière ni lui substituer un quelconque verbiage, priorité est donnée au jeu afin de donner une résonance actuelle aux tournures et formules de Molière. »
Karim Younès, directeur de la Médiathèque de Saintes

Evénements à venir

Retrouvez-nous sur Facebook

Pin It on Pinterest